FOCUS : Complexité et Macroéconomie : L’histoire récente des MABMs

Par Muriel Dal Pont Legrand, Projet structurant Histoire de la pensée et philosophie des sciences sociales (H2P2S)
 

Présentation générale

Les membres de H2P2S s’intéressent à l’histoire récente de nos disciplines et, dans ce cadre, plusieurs d’entre eux se sont intéressés à la contribution spécifique des approches relevant de la complexité à la formalisation en sciences économiques. Plus récemment, différents contrats de recherche ont été obtenus qui ont permis de développer un projet de recherche qui porte sur l’émergence et le développement des modèles macroéconomiques multi-agents (Macro Agent-Based Models – MABMs).
Participants et financements :

Muriel Dal Pont Legrand (Université Côte d'Azur, GREDEG CNRS), Romain Plassard (Université Paris Dauphine), financement IDEXJEDI (2018-2019) - Projet : « Complexité et application : comment les modèles multi-agents ont intégré la boîte à outils du macroéconomiste ». Matthieu Renault (Université Côte d'Azur, GREDEG CNRS, chercheur post-doctoral IDEXJEDI, 2020-2021) - Projet «MABM, MAcroeconomics unveiled through Bibliometric Methods ». Alexandre Truc (Université Côte d'Azur, GREDEG CNRS, chercheur Post-doctoral InSHS, 2020-2022) - Projet « QI : Quantifying Interdisciplinarity ».

Objectifs

Globalement, ce projet propose de traiter des questions suivantes :

  • Il cherche à identifier les racines analytiques (historiques) qui alimentent aujourd’hui ces travaux en soulignant bien entendu le rôle pionnier des travaux menés au Santa Fé Institute, mais aussi le fait que ces travaux reflètent (et pour certains reprennent très largement) les préoccupations d’économistes comme Minsky, Schumpeter, Wicksell, Leijonhufvud ou encore Clower, Howitt… ;

  • Il vise à évaluer (et même mesurer) le caractère pluridisciplinaire de ces développements et à examiner dans quelle mesure cette pluridisciplinarité évolue dans le temps et selon quels critères ;

  • Il étudie enfin la capacité de ces travaux à participer à un processus de fertilisation croisée vis-à-vis d’autres approches, notamment vis-à-vis des modèles Dynamic Stochastic General Equilibrium (DSGE).

L’ensemble de ces éléments doit permettre de comprendre pourquoi malgré un succès académique croissant, cette approche rencontre des difficultés à intégrer pleinement la boîte à outils des macroéconomistes et plus précisément des décideurs, des experts en charge de la politique économique.
Au-delà de la connaissance approfondie d’un épisode de l’histoire récente de la macroéconomie, les différentes questions abordées ont été conçues pour se répondre et se compléter ; elles visent à identifier les critères académiques et non-académiques permettant de « valider » les savoirs économiques.

Travaux en cours

S’agissant des travaux en cours : Plassard (2020) analyse les conditions de la percée réalisée par ces modèles au sein de la Banque d’Angleterre ; Dal Pont Legrand (2020a) analyse l’appréhension de l’instabilité financière au sein des MABM et identifie différentes influences ; Dal Pont Legrand (2020b) produit un premier état des lieux relatifs à la fertilisation croisée entre les MABMs et les modèles DSGE ; Renault (2021) examine l’origine analytique des MABM au travers de la contribution d’Axel Leijonhufvud ; Truc et Dal Pont Legrand (2021) ont constitué une base de données des publications MABMs depuis 2000 et proposent d’évaluer le caractère pluridisciplinaire de ces recherches et son évolution.

Muriel Dal Pont Legrand. 2020a. « First Reflections on Financial Instability and Macro Agents-Based Models. Genealogy and objectives », Conférence invitée, 5th Thomas Guggenheim Conference, dedicated this year to « Financial Instability, Market Disruptions and Macroeconomics. Lessons from Economic History and the History of Economic Thought ». 17-18 Dec., Roma, Accademia Nazionale dei Lincei, Palazzo Corsini.

Muriel Dal Pont Legrand. 2020b. « Is Cross-Fertilization Possible in Macroeconomics? DSGE confronts MAB Models », American Economic Association/ ASSA Meeting, HES session, 3-5 January, Chicago, 2021.

Romain Plassard. 2020. « Making a Breach: The Incorporation of Agent-Based Models into the Bank of England’s Toolkit », WP Gredeg N°2020-30.

Matthieu Renault. 2021. « Axel Leijonhufvud’s way to macroeconomic agent-based modeling » (en cours).

Muriel Dal Pont Legrand et Alexandre Truc. 2021. « Quantifying pluridisciplinarity in Macroeconomics : the case of Macro Agent-Based Models », (en cours, titre provisoire).

Au-delà des financements obtenus, ce projet est aussi en partie mené avec l’Université de Sienne via une collaboration avec les chercheurs suivants (spécialisés en analyse bibliométrique) : Alberto Baccini, Martina Cioni, Eugénio Petrovich.

Contexte

Bien que leurs programmes de recherche aient été initiés bien avant, il est indéniable que la crise de 2008 a offert une nouvelle visibilité aux MABMs. Pour autant, en dépit d’un développement évident (en nombre de publications mais aussi en élargissement de sa communauté de chercheurs comme de ses supports de publications), le statut de cette approche demeure ambigu. La question qui se pose alors est celle des conditions d’une reconnaissance plus large de ces modèles. Cette reconnaissance peut s’évaluer au travers de l’influence que ces travaux peuvent exercer sur les développements académiques dans le champ de la macroéconomie théorique ou appliquée, comme via leur capacité à être mobilisés par les experts en charge de la politique économique, notamment par ceux qui exercent auprès des banques centrales.


Méthodologies

Afin d’être en mesure d’appréhender les diverses dimensions de cet épisode de l’histoire récente de la macroéconomie, ce projet mobilise différentes méthodes. L’approche en termes d’histoire de l’analyse traditionnellement présente au GREDEG est ici complétée par deux autres méthodologies. La première que l’on pourrait qualifier de qualitative consiste à mener des entretiens (individuels ou collectifs) d’économistes acteurs de ces approches. La seconde, plus quantitative, consiste à mobiliser les outils de la bibliométrie afin de mieux cerner à la fois les grandes tendances qui forgent ce champ de recherche (en termes de publications en examinant la nature supports, les co-citations, etc.) et espérer ainsi mieux cerner les différentes communautés de recherche, les spécificités de leur programme et les évolutions de ces derniers dans le temps.