Sources et Méthodologie du Droit Economique

SMDE

Responsables du projet :  Eva Mouial-Bassilana et Irina Parachkévova-Racine

Le projet Sources et Méthodologie du Droit Économique bénéficie d’une originalité certaine. La recherche en droit repose fréquemment sur une analyse critique du droit positif (textes nationaux, internationaux, jurisprudence, normes privées, etc.). Au cœur des travaux de l’équipe SMDE, cette analyse critique est non seulement incontournable, mais elle bénéficie en outre d’une spécificité réelle. Elle s’appuie d’abord, sur le pluralisme des sources du droit économique et sur un ancrage disciplinaire fort, dans le souci de favoriser un dialogue interdisciplinaire. L’originalité du projet est ensuite, d’étudier plus particulièrement les phénomènes de pouvoir, de pouvoir économique notamment, sur le fondement d’une méthode – l’analyse substantielle, qui en permet le décryptage. L’analyse substantielle constitue, en effet, de longue date une méthode originale et fondamentale pour l’école de droit économique de Nice. Elle permet de fournir les clefs d’une « saisie juridique » appropriée des questions analysées, en dépassant leur qualification formelle pour s’intéresser à leur substance et proposer, au besoin, une évolution du cadre juridique.

Le projet est largement axé sur des objets de recherche transversaux et non pas simplement sur des matières juridiques. Cela permet de mener une réflexion fertile et innovante, aux ressorts à la fois théoriques et pratiques, qui mobilise fortement le dialogue interdisciplinaire. Le projet a notamment pour objet de comparer ses propres analyses sur les concepts étudiés (ex. intelligence artificielle, entreprise, transition écologique) avec les méthodes et analyses dégagées dans les autres sciences sociales représentées au sein du GREDEG. En effet, les passerelles entre droit privé et droit public, mais aussi entre droit, économie, gestion, philosophie ou sociologie sont un trait marquant des travaux de l’équipe.

Le projet singularise ainsi, à un niveau national et international, une véritable école de pensée : l’école de droit économique de Nice (fondée par Gérard Farjat), où le droit économique ne se réduit pas simplement à la somme des matières relevant du droit des affaires

 

Membres du projet

Membres permanents : Jennifer Bardy, Jean-Sylvestre Bergé, Anne-Sophie Ginon, Giulio Cesare Giorgini, Lêmy GodefroyAmelle Guesmi, Caroline Lequesne-Roth, Kevin Luciano, Thierry Marteu, Gilles Martin, Eva Mouial Bassilana, Mai-Anh Ngo, Florence Nicoud, Irina Parachkevova-RacinePatrice Reis, Fabrice Siiriainen, Philippe SaunierMarina Teller, Anne Trescases.

Doctorants et post-doctorant : Anne-Laurice Andre, Julie Charpenet, Romain Decool, Loïs Dossios, Hamza El Goutbi, Gregory Fuster, Alexandra Garnier, Olivia Giordano, Enisa Hizmaj, Dariya Kalmikova, Banua Kav, Mehdi Kimri, Florent  Kuitche Takoudoum, Rémy Labergère, Emilie Maurel, Raphael Mourere, Larios Offray Crushn Mavoungou, Farah Mechbal, Victoria Moreau, Michèle-Lynda Ngo Nkot, Nathalie Nielson, Vanelle Onchi Ngongang, Anana Postoaca, Stéphane Sonigo-Gregori, Xhensila Tafaj.
 
Membres associés : Jonathan Attia, Walid Chaiehloudj, Julie Malet-Vigneaux.

Publications du projet